Critique de Billy Elliot, S. Daldry, 2000

par Janod Karine


Billy Elliot est un film parlant d’un jeune garçon, Billy qui vit dans une petite maison au nord-est de l’Angleterre avec son père veuf (Jackie) et son grand frère (Tony). Son père et son grand frère sont des mineurs qui participent à la grève. Son père étant un ancien boxeur, Billy doit aller à la boxe. Dans le gymnase où Billy pratique la boxe, il y a aussi un cours de danse classique dirigé par Mme Wilkinson. Un jour, Billy jette un coup d’œil à la danse et il s’y intéresse fortement. Il commence, en cachette, à suivre régulièrement le cours avec l’argent de la boxe. Mais le milieu dans lequel Billy vit, pense que la danse classique est faite pour les filles. Le cœur du film repose sur l’opinion qu’ont ses proches de la danse classique. Billy arrivera t-il au bout de sa passion ?

Le principal défaut du film Billy Elliot est lié à la violence physique et psychologique présente tout au long de l’histoire. Il y a des scènes violentes entre le père et ses enfants ou lors des manifestations de mineurs. Les acteurs emploient alors un vocabulaire familier et même vulgaire. Cela peut influencer les enfants et inciter les jeunes à utiliser cette violence à leur tour.

Billy Elliot présente, cependant, de nombreux aspects positifs. En effet, il raconte l’histoire d’un enfant très intéressé par la danse classique ce qui montre que, dans la réalité, les garçons peuvent aussi faire de la danse si ils le veulent. Il y a une morale : croire en ses rêves et de se battre pour accomplir ses objectifs. Billy est courageux et déterminé à obtenir ce qu’il veut. Ce film apprend également au spectateur à être tolérant.
L’histoire est très riche en évènements et émouvante. Billy est orphelin de mère et n’a pas une vie facile. Il y a des scènes tristes, par exemple, quand le père vend les bijoux qui représentent l’un des derniers souvenirs de sa femme pour permettre à Billy de danser. Les personnages sont drôles et attachants et les acteurs transmettent bien les émotions aux spectateurs. L’acteur Gary Lewis joue bien la colère du père quand son fils veut faire de la danse et sa fierté lorsqu’il voit la réussite et le succès de son fils. La musique souligne souvent les sentiments des personnages.
Les décors sont beaux et réalistes et nous font découvrir les quartiers pauvres de l’Angleterre, où le travail est dur et rare. Ce film met en scène un monde qui ne nous est pas familier car c’est rare qu’un garçon veuille faire de la danse classique. Mais à la fin, son père comprend et accepte les désirs de son fils et l’aide à avancer.

Le film Billy Elliot mérite donc d’être vu par les adultes comme par les adolescents. Il mérite 3,5 étoiles voire 4 étoiles sur 5.

Classes de 6°F et 5°D
http://www.collegeaucinema92.fr/les-films.html